V. Sanchez

Espagne

Mon histoire est sûrement la même que celle de centaines de patients qui sont passés par là avant moi, et des centaines de patients qui passeront par là après moi. Je ressens, cependant, un incontrôlable désir de raconter mon histoire en espérant que cela pourra aider quelqu’un qui se retrouve dans la même situation dans laquelle j’étais, et qu’il s’en inspire pour prendre une décision qui les aidera à se sentir revivre à une vie nouvelle et bien remplie.

Cette histoire se compose de deux parties, une médicale-chirurgicale et une humaine qui, à la fin, se mêlent en une.

J’ai 65 ans et pendant dix ans, chaque année, j’ai fait des contrôles du taux de PSA, des tests de sang et d’urine, et j’ai passé une échographie etc. En juin 2009, j’ai fait faire mon bilan de santé habituel et j’ai constaté des fluctuations dans mon taux de PSA. J’avais un taux de PSA de 3,58 en 2008 et de 5,07 en 2009. Mon urologue m’a prescrit une biopsie et le 14 Juillet, le résultat était le suivant : cancer, Gleason de 6 (3+3), dont suite au compte-rendu, le niveau s’est révélé être de Gleason 7.

Tour à tour, je suis passé par : la peur, l’angoisse et enfin un désir franc de trouver le meilleur traitement. En fin de compte, le patient s’interroge tant à la survie qu’à la qualité de vie.

J’ai consulté deux spécialistes locaux sur les traitements possibles et tous deux m’ont proposé les options suivantes : traitement différé, où les changements auraient pu être si lents du fait qu’aucune évidence ne serait apparue dans les années à venir ; ou la chirurgie ouverte, la laparoscopique, la radiothérapie, la curiethérapie, le laser « green light ». Il m’a été dit que toutes ces options comportent des complications concernant l’incontinence et l’impuissance à vie. C’est tout ce qui m’était offert ! Je me suis donc mis immédiatement à rechercher des informations. Je n’ai pas eu besoin d’aller bien loin. J’ai trouvé un traitement que mes deux experts locaux avaient d’ailleurs envisagé : la prostatectomie radicale par robot assistée, conduit par le Professeur Dr. David D. Samadi, Chef de la Chirurgie Robotique et Mini-Invasive du Service d’Urologie, de la faculté de médecine de l’hôpital du Mount Sinai à New York, NY. Je n’ai pas seulement découvert cela mais j’ai aussi trouvé que le Dr. Samadi avait pratiqué plus de 2 000 interventions dans le monde. Il est reconnu comme un expert de ce type d’intervention, après une grande expérience en chirurgie ouverte et laparoscopique traditionnelles qu’il a approfondi en utilisant et en développant son expérience en chirurgie robotique de la prostate et dans d’autres chirurgies urologiques, le portant à un niveau d’excellence sans précédent.

Le 19 juillet 2009, j’ai appelé le Dr. Samadi et fixé une date de rendez-vous ; j’ai immédiatement été aidé par son équipe de son cabinet et celle de l’hôpital Mount Sinai pour faciliter les démarches administratives pré-opératoires. J’ai confirmé l’opération avec lui le 27 août 2009 à 7 h. Deux jours avant l’opération, j’ai rencontré le Dr. Samadi en vue de préparer l’intervention. Je me suis trouvé en présence d’un professionnel exceptionnel, après avoir lu presque tout ce qu’il avait publié. Le Dr. Samadi a décrit les aspects médicaux et chirurgicaux de l’opération d’une manière très humaine, protectrice et aimable, incapable de retenir son enthousiasme. J’ai vu en lui l’incarnation du principe fondamental de la Bible : aimer votre prochain comme vous-même.

L’opération s’est parfaitement passée même avec une complication. Suite à une vagotomie que j’ai subi il y a trente ans, et aux conséquences d’une cicatrice, j’ai eu des adhérences que seule l’expérience du Dr. Samadi en chirurgie ouverte et laparoscopique a permis d’enlever avec grand succès grâce au robot. Sans cette expérience, le résultat de l’opération aurait été différent.

24 heures après mon opération, on m’a donné l’autorisation de sortir. 7 jours après, on m’a retiré le cathéter et 12 jours après, je suis retourné dans mon pays. Le jour où on m’a retiré le cathéter, j’ai pu marcher pendant une heure. Deux jours plus tard, ma femme et moi avons célébré ce succès au restaurant et j’ai même fumé un cigare. L’incontinence continue à diminuer chaque jour et à cette allure, j’espère que dans deux ou trois semaines, je serai à cent pour cent sous contrôle. Mes fonctions sexuelles ont relevé une guérison, sans aucune prise de médicaments.

Enfin et surtout, j’aimerais souligner ma profonde reconnaissance envers l’équipe du Dr. Samadi pour son professionnalisme et l’affection qu’ils m’ont témoignée, surtout par un ange nommé Ann, tout comme l’équipe d’infirmières et l’administration de l’hôpital Mount Sinai, un paradigme dans les institutions médicales.

Pour finir, je dois dire que le Dr. Samadi et son équipe seront ancrés dans mon cœur et ma mémoire aussi longtemps que je vivrai.

V. Sánchez
Septembre 2009
Espagne

V. Sanchez
Noter cet avis
       Retour aux témoignages      

Réserver un rendez-vous avec
Dr. David Samadi: